Comprendre le vrai pardon – Au coeur de l’éveil

Le concept de pardon est abordé dans de nombreuses traditions spirituelles. En termes bibliques, il est dit que nous devrions tendre l’autre joue, avoir un comportement doux et pratiquer la non-violence. Pour pouvoir faire cela, vous devez être capable de pardonner à celui qui vous a affronté ou qui vous a fait du mal.

Comment pratiquez-vous le pardon ?

Cela signifie-t-il que si quelqu’un vous fait du mal, vous ne faites que l’accepter ? Ce n’est pas exactement le sens du pardon . Pardonner à quelqu’un, c’est comprendre sa souffrance pour ne pas la prendre en vous. Approfondissez votre compréhension de manière à pouvoir voir la douleur d’un autre et à quel point sa douleur et ses souffrances se sont manifestées en des actes durs à votre égard. En voyant cela, vous réaliserez peut-être que cette mauvaise action est même un appel à l’aide.

Vous voyez à quel point c’est différent ? Peut-être que la personne réclame de l’aide, comme un petit enfant qui crie et jette des choses parce qu’elle ne sait pas comment gérer sa douleur. La personne a besoin d’aide alors elle vous a attaquée par ignorance et par douleur. Si votre esprit va assez loin, si votre empathie est assez forte, vous verrez la cause même de la souffrance.

Plutôt que de prendre les actions de quelqu’un personnellement, vous pourriez appliquer une attitude de compassion. Peut-être que vous pourrez envisager de voir comment vous pouvez aider. Avoir de la compassion pour les êtres vivants, leur souffrance et les actes pénibles qui résultent de leur souffrance, est la racine du pardon . Lorsque vous entrez dans un lieu de complétude régi par l’amour, la compassion et la connaissance, aucun acte néfaste d’un autre ne vous fera de mal, car vous ne le prendrez pas en vous-même.

Cette capacité vient de la maturité d’esprit. L’idée du pardon est un petit aperçu, le début d’un état d’esprit où la compassion vous domine. C’est un état où vous êtes complet dans votre Soi, complet dans votre nature divine, où rien ni personne ne peut vous nuire. Vous ne voyez que le besoin et vous agissez en conséquence.

Si vous ou ceux que vous aimez ont été gravement blessés par les actions d’un autre, le pardon peut être difficile à donner. Vous pouvez vous battre avec des désirs de vengeance, de justice, pour que la situation soit réglée d’une manière ou d’une autre. Pourtant, cela ne se produit pas toujours et des injustices se produisent dans le monde. Quand tout est dit et fait et que la poussière retombe, il ne nous reste plus qu’à trouver le meilleur moyen de faire face à la blessure, à la douleur et au sentiment d’injustice qui subsiste lorsque le mal est fait. Des sentiments d’impuissance, de désespoir, de colère et de rage peuvent survenir.

Le problème n’est donc pas l’agresseur ni l’oppresseur, mais comment nous guérir et retrouver notre paix et notre bonheur . C’est ici qu’intervient le pardon. C’est une sorte de laisser-aller, de nous laisser assez grands pour embrasser même ce qui est si intolérable et retrouver notre joie et la luminosité de l’amour. Pour ce faire, nous devons parfois renoncer à nos liens avec l’auteur des torts.

Le pardon, c’est donner de l’espace en acceptant ce que
nous ne pouvons pas changer.

Le pardon est la façon dont nous relâchons son emprise sur nous. Le pardon donne de l’espace en acceptant ce que nous ne pouvons pas changer et la compassion pour les aspects les plus sombres de l’expérience humaine jusqu’à ce que la lumière de notre Soi intérieur brille de mille feux dans l’esprit et que l’amour revienne.

Puis lentement, parfois très lentement, la lumière remplit les ténèbres et nous lâchons notre enchevêtrement mental avec celui qui a fait le mal. Voyant la douleur de l’auteur, ayant compassion et lâchant prise, nous commençons à nous reconstruire. Nous trouvons l’amour, éveillons l’esprit et commençons à réaliser à quel point le cœur humain est fort. Ce processus commence par le pardon, le lâcher prise et le fait d’être avec ce qui est. Cette pratique de compassion pour tous ceux qui nous ont fait tant de mal nous permet de guérir.

Si quelqu’un vous fait fait du mal, lorsque vous ne prenez pas personnellement les actions de cette personne, vous avez tendance à ne pas vous accrocher à l’expérience. Cependant, lorsque l’action blessante ou l’affront est pris personnellement, vous réagissez avec colère, vous réagissez avec douleur. Vous serez blessé. Si vous le prenez à cœur, cela vous nuira. Si au contraire, vous ne le prenez pas à cœur, il cela s’écoulera comme de l’eau sur les plumes d’un canard.

Le pardon survient lorsque vous ne prenez pas à cœur les affronts ou les torts commis par d’autres envers vous. Lorsque vous commencez à voir qu’ils réagissent à leur propre douleur et à leurs propres souffrances et que leurs affronts ou leurs actions contre vous ne sont pas destinés à votre personne, il devient plus facile d’avoir un peu de distance. Vous devenez insensible au comportement des autres et ainsi, vous maintenez votre sérénité d’esprit.

Vous pouvez vous laisser aller parce que vous n’êtes pas touché par l’action malfaisante. Cependant, la question se pose alors: que se passera-t-il si la personne continue de vous faire subir un affront ou un préjudice ? Et si ses actions nuisent même à d’autres personnes ? Alors que faire ? Si quelqu’un continue à faire de mauvaises actions envers vous ou envers les autres, des actions peuvent être nécessaires pour l’arrêter, pas par colère, ni par réaction, mais par des mesures pratiques pour limiter les dommages qui seront causés ou sont en train de se produire par les actions de l’individu. Le pardon ne consiste pas simplement à accepter et à autoriser tout type de comportement négatif, mais à la capacité de laisser aller sa propre réactivité, sa propre tendance à prendre les actions des autres personnellement.

Lorsque vous restez en équilibre et que vous ne prenez pas à cœur les blessures et les actions des autres envers vous, les réactions de l’esprit deviennent alors minimes. Vous vous maintenez dans l’amour bienveillant et la compassion. Ceci, comme toutes les interprétations éthiques de la vie spirituelle, conduit à une certaine sérénité d’esprit, une tranquillité d’esprit qui permet la connaissance du Divin.

La pratique du pardon vous aide à dissiper la détresse. Elle vous permet d’avoir le calme nécessaire pour concentrer votre esprit et vous immerger sans difficulté dans votre pratique de la méditation. Le pardon et la compassion suscitent des actes de bonté désintéressés. Quand vous voyez le Divin partout, un détachement apparaît. Ce faisant, vous trouvez la capacité de manœuvrer à travers les maux et les malheurs du monde avec un minimum de détresse et vous trouvez votre chemin pour aimer.

Comprendre le vrai pardon – Au coeur de l’éveil

En poursuivant votre navigation sur SATORIA.fr, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. Plus d'information

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer